COMMUNIQUÉ DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D’INFORMATION (N° 115)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D’INFORMATION (N° 115)

Bondpartners SA, Lausanne : comptes audités au 31.12.14

Bénéfice en ligne avec l’exercice précédent et solidité des chiffres du bilan. Hausse du dividende qui sera proposé aux actionnaires.

L’année sous revue a été à nouveau caractérisée par un accroissement des volumes, alors que les marges se sont quelque peu réduites et que le déficit de liquidité qui affecte les marchés obligataires s’est poursuivi, voire même encore amplifié. Sur le plan des bourses et des actions la volatilité a effectué un retour plus marqué, au vu de la situation géopolitique et des crises internationales. Quant à l’économie mondiale, elle est restée confrontée à une croissance chancelante dans la zone euro, pendant que les cours du pétrole se sont effondrés.
La situation bilancielle de Bondpartners continue de présenter des bases extrêmement solides, les capitaux propres et les réserves ayant progressé. Les revenus présentent une image plus contrastée, bien que le bénéfice publié, tant individuel que consolidé, soit en hausse.

La société-mère a affiché, pour compte de l’exercice 2014, un profit net en hausse de 14,5% à CHF 2,84mio (vs CHF 2,48mio en 2013), alors que le groupe a enregistré, pour la même période, un bénéfice de CHF 3,23mio (vs un gain de CHF 1,97mio en 2013). Un dividende ordinaire de 35% (+5%) sera proposé aux actionnaires.

Le total du bilan statutaire a augmenté de 6,6% à CHF 157,56mio, essentiellement en raison de l’accroissement des avoirs auprès des banques. Il est composé à raison de 94% d’actifs circulants, à savoir cash et créances sur les banques (CHF 79,16mio), créances sur la clientèle (CHF 7,37mio) et portefeuilles titres (CHF 61,55mio). Les fonds étrangers, quant à eux, atteignent près de 69,47mio (+15%).

Sur le plan des fonds propres individuels, leur total s’établit à CHF 56,37mio (+2,5%). Quant aux correctifs de valeurs et provisions, ils se montent à près de CHF 30,24mio (-2,3%) suite à dissolution de CHF 0,7mio en faveur du compte de résultat.

Sur une base consolidée, les actifs circulants s’établissent à CHF 144,15mio et les fonds étrangers à CHF 66,64mio. A l’exclusion des réserves et provisions pour propres actions (CHF 3,94mio) et pour impôts latents (CHF 6,5mio), les capitaux propres atteignent, quant à eux, CHF 77,93mio (+1,7%). Toujours à ce sujet, les réserves pour risques bancaires généraux ont reculé de 1,4% à CHF 34,82mio et les réserves issues du bénéfice ont avancé de 1,25% à 34,33mio.
L’adéquation des fonds propres individuels de base (Tier 1) et celle des fonds propres complémentaires (Tier 1+2) s’élèvent respectivement à 25,4% et à 37,8%.

Au chapitre des comptes de résultat, les produits globaux des opérations d’intérêts s’élèvent à CHF 2,46mio (+1%) et ceux des opérations de commissions à CHF 1,8mio (+2%). Les produits des opérations sur titres (négoce et immobilisations financières), ainsi que les évaluations des positions détenues pour compte propre ont reculé d’un tiers à CHF 5,49mio alors que le résultat de change s’inscrivait en positif à CHF 0,57mio (vs une perte de CHF 1,28mio en 2013). Un produit extraordinaire de CHF 0,7mio a été dégagé par dissolution de réserve latente, alors qu’en 2013, une constitution de CHF 1,48mio avait été effectuée. Enfin, les frais d’exploitation sont restés contenus à CHF 6,63mio (+4%).

Comme annoncé, les titres au porteur de Bondpartners seront retirés du segment « domestic standard » de SIX le 8 juillet prochain et seront transférés à l’OTC-X de BCBE. Les actionnaires seront convoqués auparavant à l’Assemblée générale qui se tiendra le 22 juin.

L’évolution du premier trimestre 2015 a été évidemment fortement marquée par la décision de la BNS, mi-janvier, d’abandonner le cours plancher contre euro et d’accentuer sa politique de taux d’intérêt négatifs. Elle a été également influencée, peu après, par l’annonce de la BCE quant à son programme d’assouplissement quantitatif. Hormis les événements géopolitiques qui ont continué d’agiter ce début d’année, l’interventionnisme des banques centrales ont eu et auront encore des répercussions importantes sur les cours de change, sur les positions propres et sur l’activité transactionnelle de BPL, quand bien même, des opérations de couverture avaient préalablement été initiées et que les marchés, pour certains du moins, ont retrouvé leur élan. Les prévisions sont dès lors difficiles à établir pour le reste de l’exercice. C’est dans ces circonstances que les réserves importantes dont dispose la Société prennent tout leur sens.

Contexte et perspective générale

En 2014 la croissance de l’économie mondiale a été plus modeste que prévu bien qu’elle se soit améliorée au sein du G10. Le risque de tendances déflationnistes en Europe s’est sensiblement renforcé, la situation conjoncturelle de la France, de l’Italie et de la Grèce ayant nourri les craintes et les avertissements, alors que l’économie allemande s’est à son tour essoufflée au printemps et à l’été. Le Japon, quant à lui, après un nouveau recul de son PIB, est tombé en récession. L’économie américaine s’en est mieux sortie, faisant même figure de locomotive, le taux de chômage continuant à baisser et la croissance prenant de l’élan, dopée par la vigueur de la demande intérieure. L’accès de faiblesse s’est en revanche poursuivi dans de nombreux pays émergents: en Chine, la correction apportée au marché immobilier, conjuguée au ralentissement de la consommation domestique, ont pesé sur l’expansion économique, alors que l’économie russe est entrée en forte contraction, suite aux sanctions et sorties de capitaux imputables au conflit ukrainien, puis à cause de l’effondrement des cours du pétrole. Au Brésil, enfin, la menace de stagnation s’est confirmée alors que l’inflation est toujours élevée.

Sur le plan géopolitique, l’année fût pour le moins mouvementée, de la guerre du Donbass aux crispations récurrentes en mer de Chine et la « Révolution des parapluies » à Hongkong, en passant par la progression fulgurante du groupe Daech, l’opération « Bordure protectrice » dans la bande de Gaza et la recrudescence des combats en Syrie, Irak, Nigeria, Lybie, pour ne citer que ces pays. Les foyers de crise internationaux semblent s’être donc multipliés et les droits fondamentaux de certaines populations se sont encore délités.

Les marchés financiers ont continué d’être fortement influencés par les banques centrales. La dichotomie de politiques s’est accentuée entre la FED, d’une part et la BCE et la BOJ, d’autre part.

Les taux directeurs sont restés à la cave dans les principaux pays industrialisés. Certaines bourses ont établi de nouveaux records malgré les tensions entre l’Ukraine et la Russie ainsi que la résurgence de la problématique grecque. Le dollar s’est raffermi et les cours du pétrole ont chuté de près de 50% depuis l’été.

Pour Bondpartners, l’année sous revue s’est caractérisée par une nouvelle augmentation des volumes traités, les marges ayant connu toutefois un certain tassement. Les revenus, à l’exception notable des produits de négoce, étaient généralement en hausse, une dissolution ayant été comptabilisée au profit du compte de résultat. Les valorisations des portefeuilles-titres détenus pour compte propre, sont restées stables. Il en est résulté un bénéfice net statutaire et consolidé supérieur à celui enregistré en 2013 et une hausse des fonds propres.

Pour ce qui est de la période sous revue, les chiffres statutaires et consolidés qui sont présentés aux actionnaires sont plus ou moins en ligne avec ceux de l’exercice précédent.
La structure et composition des bilans de Bondpartners sont donc restées stables, les actifs circulants représentant, comme par le passé, près de 95% de la somme de ceux-ci et couvrant plus de deux fois le total des fonds étrangers, peu importe leur échéance. Le montant global des provisions et réserves, sur une base consolidée, atteint CHF 81mio et les fonds propres (à l’exclusion des réserves pour propres actions et impôts latents) s’élève à CHF 78mio. Le surplus de couverture est toujours largement supérieur au total des fonds propres nécessaires, selon l’Ordonnance sur les Banques, et les capitaux de la Société garantissent amplement le respect des exigences et dispositifs prudentiels imposés par l’autorité de surveillance (FINMA) dans le cadre des accords de Bâle III.
Sur le plan des produits, la différence est certes plus marquée par rapport à l’exercice précédent, les résultats des opérations de négoce et ceux liés aux aliénations d’immobilisations financières étant plus faibles, alors que les autres produits ont progressé et que le résultat de change s’inscrivait en positif. L’année 2013 avait permis la constitution de réserves latentes pour CHF 1,48mio, le bénéfice net annoncé s’élevant à CHF 2,48mio. En 2014, le bénéfice net a atteint 2,84mio, une dissolution au profit du compte de résultat de CHF 0,7mio ayant été effectuée.

Si le premier trimestre de 2015 a connu son lot d’évènements géopolitiques et économiques, endeuillés de nombreux attentats, ceci dans un contexte de poursuite des crises internationales et des conflits armés, c’est probablement la décision de la BNS, mi-janvier, qui a fait grand bruit dans le landerneau suisse, ceci quelques jours avant que la BCE n’entame son programme d’assouplissement quantitatif. L’onde de choc ainsi créée a eu et aura des répercussions sur les actifs de la Société et sur ses activités transactionnelles. On peut toutefois relever qu’une part notable des pertes comptables a déjà été récupérée, d’une part grâce à la couverture du risque de change et, d’autre part, grâce à la reprise de la bourse suisse et aux bonnes performances de nombreux marchés. Si les volumes traités dans le cadre obligataire ont reculé, les marges se sont sensiblement améliorées depuis le début de l’année. Enfin on peut rappeler que Bondpartners est au bénéfice de fonds propres élevés, qui ont été constitués selon une approche prudente et conservatrice, en vue d’atténuer ce type de choc et d’améliorer la résilience. Il reste qu’une certaine incertitude prévaut à ce stade et que toutes prévisions pour l’exercice en cours ne sont pas aisées, notre monnaie nationale s’étant fortement appréciée, alors que l’environnement général demeure tendu.

Comptes et données chiffrées

Comptes individuels au 31.12.2014:

AU BILAN

Le total de bilan s’établit à CHF 157,56mio, soit une hausse de 6,6%, principalement attribuable à l’accroissement des créances sur les banques et, plus particulièrement les avoirs et engagements envers les correspondants bancaires et non-bancaires (opérations en suspens/chevauchements à la fin de l’exercice).
Au chapitre des actifs, les liquidités sont restées stables à CHF 3,6mio alors que les avoirs en banques à vue et à terme atteignent un total de CHF 63,4mio (+3%) et les avoirs auprès des correspondants s’élèvent à CHF 12,2mio (+50%). Il en résulte une augmentation de 8,6% des créances sur les banques qui se montent, dès lors, à CHF 75,5mio. Pour leur part, les créances sur la clientèle et les contreparties non bancaires augmentent également de 86% à CHF 7,4mio. Ensuite, sur le plan des titres détenus en positions, le portefeuille de négoce progresse de 2,4% à CHF 49,7mio et celui d’immobilisations financières décroît de 6% à CHF 11,8mio, le total de ces deux postes avoisinant CHF 61,5mio (+0,7%). L’actif circulant se ramène à près de CHF 148,1mio (+7%) représentant 94% du bilan, un pourcentage constant par rapport aux exercices précédents, alors que l’actif immobilisé, constitué pour une grande part de deux bâtiments propriété de la Société (total terrain 4 625 m2), reste identique pour un chiffre un peu supérieur à CHF 9mio.
En ce qui concerne les passifs, les engagements envers les banques (transactions pendantes avec ces dernières, en date du bouclement, à mettre en parallèle avec les avoirs auprès des correspondants, soit un solde net positif de CHF 2,8mio) s’élèvent à CHF 9,3mio (+13%). Sur le plan des engagements envers la clientèle (total CHF 60,1mio, soit +15,6%), les comptes courants des clients créanciers à vue, hors établissements non bancaires (CHF 5,8mio), s’établissent à CHF 51,7mio (+9,1%) et les autres engagements (hypothèques sur les deux bâtiments précités) à CHF 2,7mio (-7%). Le total des correctifs de valeurs et provisions, ajouté aux comptes de régularisation, a reculé de 2,5% à CHF 31,5mio. Les réserves pour risques bancaires généraux sont inchangées à CHF 11,42mio et les autres réserves, y compris la réserve légale générale et celle pour propres actions, atteignent CHF 35,5mio (+2,3%). Le total des fonds étrangers s’inscrit à CHF 69,5mio (+15,2%) et celui des fonds propres individuels à CHF 56,4mio (+2,5%) soit 36% du bilan statutaire, un pourcentage également régulier par rapport aux exercices précédents.
Les standards prudentiels préconisés par le Comité de Bâle sont amplement remplis. Les fonds propres déterminants, sur une base individuelle, s’établissent à CHF 72,2mio et les besoins en capitaux à CHF 15,3mio, soit un surplus de près de CHF 57mio. Le ratio de solvabilité de base (Tier 1) s’élève à près de 25,4% et celui incluant également les réserves latentes (Tier 1+2) est proche de 37,85%.

AU COMPTE DE PROFITS ET PERTES

Le bénéfice net publié de la société mère a progressé de 14,5% à CHF 2,84mio. Le total des produits ordinaires s’établit à CHF 10,5mio (-7,5%), hors produit des participations. A ce sujet, il convient de rappeler que, les deux années précédentes, le rapatriement des actifs de Bondpartners International Gibraltar et, partant, les versements de dividendes afférents, avait dégagé un produit cumulé de CHF 8,6mio.
Pour ce qui est du résultat de change, un gain de CHF 0,6mio (versus une perte de CHF 1,3mio) a été enregistré. Ceci principalement grâce à l’évolution favorable des devises anglo-saxonnes.

Les résultats des opérations sur titres (transactions et évaluations liées aux portefeuilles de négoce et d’immobilisations financières) atteignent CHF 5,5mio (-33%), les volumes s’étant développés de près de 12%, dans un contexte toutefois moins favorable pour les marges, alors que le déficit de liquidité sur les marchés obligataires (spécialement en ce qui concerne la dette d’entreprises) continue d’être bien présent. Le résultat brut des opérations d’intérêts est plus ou moins régulier à CHF 2,4mio (+1%) malgré un environnement de taux, en général, toujours historiquement bas. Le résultat brut des opérations de courtage a progressé de 2% pour s’établir à CHF 1,8mio, traduisant des marchés plus affectés par la volatilité et la situation géopolitique. Les charges d’intérêts et de commissions, frais bancaires et de règlement inclus, s’élèvent globalement à CHF 0,8mio, montant en baisse de 4,5% par rapport à l’exercice précédent. Le total des charges d’exploitation a avancé de 4% à CHF 6,6mio. Le bénéfice brut se ramène ainsi à CHF 3,1mio (2013 : CHF 4,7mio, produit des participations inclus). Une dissolution de CHF 0,7mio a été effectuée au profit du compte de résultat, améliorant ainsi le bénéfice net qui est supérieur de CHF 0,4mio par rapport à l’année passée.

Comptes consolidés au 31.12.2014:

Le total de bilan consolidé a progressé de 7% pour atteindre CHF 152,56mio. Généralement, les chiffres sont relativement similaires à ceux de la maison-mère par le jeu des écritures de consolidation et par le fait que toutes les participations sont dormantes, toutefois leur présentation diffère selon le principe « d’image fidèle ».
L’actif circulant s’établit à CHF 144,15mio (+7,6%), soit 94,5% du bilan et les fonds étrangers à CHF 66,64mio (+15,8%). Les capitaux propres du groupe s’élèvent à CHF 77,93mio (+1,7%) à savoir 51% du bilan consolidé. A ce sujet, il convient de rappeler que les propres actions détenues par la Société sont portées en déduction des fonds propres (soit CHF 3,94mio), ainsi que les provisions pour impôts latents (soit CHF 6,5mio). Leur réintégration amènerait les réserves et provisions à un total de près de CHF 81mio.
Le bénéfice brut s’établit à CHF 3,49mio (vs 4,23mio en 2013), alors que le bénéfice net publié s’inscrit à CHF 3,23mio (vs 1,97mio en 2013).

Tableau des chiffres annuels au 31.12.14/31.12.2013
(Comptes révisés selon normes DEC/FINMA)

Compte de résultat individuel

31.12.2014 (CHF)

31.12.2013 (CHF)

Résultat des opérations de trading (opérations sur portefeuilles de négoce et
immobilisations financières, à l’exclusion des intérêts et dividendes)
5.487.257,- 8.214.923,-
Résultat de change 574.032,- -1.283.486,-
Produit des participations 0,- 575.000,-
Résultat des opérations de commissions 1.802.305,- 1.766.672,-
Résultats des opérations d’intérêts (net) 2.077.085,- 2.049.627,-
Total des charges d’exploitation -6.620.030,- -6.354.682,-
Bénéfice brut 3.063.222,- 4.699.831,-
Correctifs de valeurs, provisions et pertes 0,- -1.478.096,-
Produits/charges extraordinaires  706.675,-  54.917,-
Bénéfice net 2.844.413,- 2.483.650,-

Bilan individuel

31.12.2014 (CHF)

31.12.2013 (CHF)

ACTIFS

Liquidités et créances sur les banques 79.157.967,- 73.161.982,-
Créances sur la clientèle et les établissements non bancaires 7.368.983,- 3.961.329,-
Portefeuille de titres destinés au négoce 49.715.192,- 48.540.390,-
Immobilisations financières 11.839.968,- 12.590.869,-
Immobilisations corporelles 7.900.000,- 7.900.000,-

PASSIFS

Engagements envers les banques 9.331.826,- 8.264.210,-
Engagements envers la clientèle et les établissements non bancaires 60.139.499,- 52.037.712,-
Comptes de régularisation 1.256.000,-  1.342.000,-
Correctifs de valeurs et provisions 30.245.198,- 30.951.873,-
Réserves pour risques bancaires généraux 11.422.572,- 11.422.572,-
Réserve pour propres titres de participation 3.943.640,- 4.312.877,-
Autres réserves 28.856.360,- 27.687.123,-

TOTAUX

Total du bilan 157.559.398,- 147.841.044,-
Total actif circulant 148.082.110,- 138.254.570,-
Total fonds propres 56.368.619,-  55.019.136,-

Comptes consolidés

Total du bilan 152.559.994,- 142.485.087,-
Total des fonds propres  77.932.555,-(*) 76.652.357,-(*)
Bénéfice brut 3.488.223,-  4.233.318,-
Bénéfice net  3.234.350,- 1.975.056,-
(*) à l’exclusion de la réserve pour propres actions et de la réserve pour impôts latents

Note à la rédaction : Ce communiqué est diffusé hors des heures d’ouverture de la Bourse Suisse, le 26.03.2015, afin de respecter les principes de publicité événementielle issus du Règlement de cotation émis par celle-ci. Pour le surplus il a été envoyé un jour ouvrable auparavant au SIX Swiss Exchange.

A propos de Bondpartners : BPL est une société financière suisse fondée en 1972 à Lausanne, dont les activités s’articulent autour de trois axes principaux : le commerce interprofessionnel de titres, l’entretien et l’animation de marchés, et l’exécution de transactions pour compte de gérants indépendants. Elle est autorisée et surveillée par la FINMA en sa qualité de négociante en valeurs mobilières.

Contact :
Christian Plomb, président exécutif du CA de Bondpartners SA
Tél.: +41 21 613 43 43
E-mail: christian.plomb@bpl-bondpartners.ch

2017-01-24T18:19:43+00:0026.03.2015|